2018-2020

 

Pour qui ?

Pour tous ceux et celles qui veulent prendre la Bible au sérieux et qui sont prêts à apprendre à mieux l’interpréter dans un contact respectueux avec d’autres avis.

 
 
 
 

Les chrétiens évangéliques considèrent que la Bible est la seule autorité en matière de vie et de foi. Pourtant, force est de constater que les avis revendiqués comme étant « bibliques » peuvent diverger fortement parmi les chrétiens et au sein des Églises. Comment interpréter fidèlement la Parole de Dieu ? Quelles sont les raisons pour lesquelles les interprétations de la Bible diffèrent sur certains sujets ? Comment se faire sa propre conviction ? Comment dialoguer avec ceux dont les avis divergent du nôtre ? Quels pas sommes-nous prêts à faire pour comprendre les arguments de la personne avec qui nous sommes en désaccord ?

La formation « Points chauds » commence par un week-end d’introduction à l’interprétation biblique et à la communication bienveillante, et se déroule sur 11 samedis traitant à chaque fois d’un sujet délicat. Pour chacun des thèmes, des orateurs compétents et ayant des avis différents viendront présenter et défendre leur point de vue « bibliquement ».

Week-end d'introduction

Le premier week-end a lieu au Centre de Formation du Bienenberg. Il est commun à la formation qui a lieu en Suisse et à celle qui a lieu en France.

LIEUX

La formation a lieu ensuite en Suisse (à l'Église mennonite du Sonnenberg, Tramelan)  et en France (à l'Église mennonite de Pulversheim, 68).

Journée thématique type

Samedi

  • Arrivée et café de 8h30 à 9h
  • Enseignements de 9h à 12h
  • Repas de midi tiré du sac de 12h à 13h
  • Enseignements de 13h à 17h

Flyer "Points chauds" France - à Pulversheim (68) - télécharger

Flyer "Points chauds" Suisse - à Tramelan (BE) - télécharger

 

EN SUISSE : 2018-2019

La formation en Suisse

Année 2018-2019

 

6-7 octobre 2018

Week-end d'introduction à l'interprétation biblique et à la communication bienveillante

Denis Kennel, Marie-Noëlle Yoder, Michel Sommer, Frédéric Baumann

 

10 novembre 2018

 

Le sens de la mort du Christ

  • Dans les premiers siècles de l'histoire chrétienne, les théologiens utilisaient la notion du Christ vainqueur (Christus victor) pour affirmer que la mort et la résurrection du Christ accomplissent une véritable libération des êtres humains de l'esclavage du mal et de la mort. Dans cette perspective, le sens du sacrifice est à comprendre à partir de la Pâque et du sacrifice pascal. Pour actualiser cette image, nous nous référerons à la notion de la justice restauratrice (en contraste à la justice rétributive).

Neal Blough, directeur du Centre Mennonite de Paris, professeur d’histoire de l’Église, Faculté libre de théologie évangélique, Vaux-sur-Seine

  • La substitution pénale est une construction de théologie systématique à comprendre en lien avec les divers éclairages bibliques sur la mort de Christ (théologie biblique). Bien comprise, dans le cadre de la nouvelle alliance, la substitution pénale ne se réduit pas à un « juridisme étroit, sec et transactionnel », mais ouvre sur de profondes implications relationnelles et existentielles.

Jacques Nussbaumer, professeur-assistant en théologie systématique, Faculté libre de théologie évangélique, Vaux-sur-Seine

 

8 décembre 2018


 

Non-violence ou guerre juste ?

  • Appelé à être artisan de paix, le chrétien peut refuser toute participation à la guerre et proposer d’autres moyens pour s’opposer au mal. 

Alexandre Nussbaumer,  pasteur des Églises mennonites

  • La guerre est parfois une nécessité dans notre monde déchu, et un chrétien peut, dans certaines situations, prendre les armes en bonne conscience.

Matthieu Sanders, pasteur de l'Église évangélique baptiste de Paris-Centre (Paris 7e) et chargé de cours en Nouveau Testament.

 

12 janvier 2019


 

Foi chrétienne et autres religions

  • L’une des affirmations capitales du Nouveau Testament est le fait que la connaissance de Dieu et le salut éternel ne sont accordés qu’en Jésus-Christ. Comment comprendre de telles affirmations face à la pluralité des religions qui prétendent conduire à la connaissance de Dieu ?

Karim Arezki, doctorant en islamologie à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris, maître d'enseignement en islamologie et en religions comparées à la Haute École de Théologie, Saint-Légier (CH), président de l’Association des Chrétiens Nord-Africains.

  • Ma position est résolument oecuménique et dialogique sur le plan interreligieux. Elle se fonde sur une lecture contextuelle des textes bibliques pris dans leur diversité. Dans la société mondialisée, je m'efforce d'interpréter le message de l'Évangile à la lumière du double commandement d'amour de Dieu et du prochain, dans la fidélité au Christ et l'ouverture à autrui.

Jean-Claude Basset, à la retraite après avoir été pasteur de l'Église protestante de Genève et chargé de cours à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Lausanne, et jusqu'à fin 2017, secrétaire exécutif pour le Moyen-Orient ad interim à DM-échange et mission à Lausanne.

 

9 février 2019

Israël

  • Les prophéties territoriales liées à Israël ont été réinterprétées dans le Nouveau Testament en fonction de Jésus le Messie et l'État d'Israël n'est pas à voir comme l'accomplissement de ces prophéties.

Michel Sommer, animateur théologique au CeFoR Bienenberg, rédacteur de Christ Seul

  • Israël: peuple et pays. Continuité et non pas rupture dans la Nouvelle Alliance

    Stephen Pacht, directeur de Juifs pour Jésus, Suisse
 

23 mars 2019

 

Quelle place pour l'écologie ?

  • L'Église et le croyant individuel sont des signes du projet de restauration de la création. Cela implique en particulier un mode de vie simple, écologique, contre-culturel.

Thomas Poëtte, pasteur de la Fédération des Églises évangéliques baptistes de France

  • Une interprétation prudente des textes bibliques, ainsi que l’affirmation des doctrines évangéliques de la Providence, de la Création et de l’Homme ne nous permettent pas de souscrire à l’écologie moderne qui est une idéologie.

Guilhem Jaussaud, Mission Timothée, Anduze, pasteur

 

13 avril 2019

 

 

La prière, la guérison et les miracles

  • Jésus guérit encore aujourd’hui, en continuation de son oeuvre décrite dans le Nouveau Testament, donnant au monde et à l’Église des signes avant-coureurs de son royaume, par pure grâce et en anticipation de la guérison finale obtenue à la croix, qui sera manifestée lors de la résurrection des corps.

Robin Reeve, professeur à la Haute École de Théologie, Saint-Légier, pasteur détaché de l’Union des Églises Évangéliques de Réveil de Suisse.

  • Dieu guérit quand il le souhaite et comme il le souhaite, notamment en réponse à la prière, parfois avec l’onction d’huile, mais le mandat confié aux apôtres d’accomplir des miracles « en nom et place du Seigneur » est révolu. La guérison n’est pas un droit issu de l’expiation, ni une obligation liée à la foi. 

Florent Varak, directeur du développement des Églises au sein de Encompass, enseigant à l’Institut Biblique de Genève

 
2019-2020

La formation en Suisse

Année 2019-2020

 

19 octobre 2019

La prédestination

  • Calvinisme modéré : si quelqu'un vient à Dieu, c'est parce que Dieu l'a élu. Il exerce pleinement sa liberté, mais en réponse à un appel irrésistible de Dieu. La perte du salut est improbable. Si Dieu prédestine certains au salut, il ne prédestine pas d'autres à être perdus. S'il y a salut, grâce de Dieu ; s'il y a perdition, responsabilité de l'homme ; gloire de Dieu en tout.

Cyrille Court, officier de l'Armée du Salut, responsable du poste de Moutier

  • Position dite « collective » : les textes relatifs à l’élection-prédestination sont à lire en rapport non pas avec les destinées individuelles des personnes, mais avec la réalisation du projet de réconciliation de Dieu, qu’il propose à l’humanité entière.

Denis Kennel, actuel directeur des études du département francophone du CeFor Bienenberg. Il exerce en parallèle un ministère pastoral à temps partiel, à l’Église évangélique mennonite de la Ruche à Saint-Louis, France

  • Arminianisme wesleyen : il s’agit d’un arminianisme modéré permettant de comprendre le libre-choix dans la perspective de la grâce ne s’opposant en rien à la souveraineté de Dieu.

Étienne Rudolph, pasteur, exerce actuellement la fonction de surintendant du district francophone de l’Église Évangélique Méthodiste

 

9 novembre 2019

L'homosexualité

  • Dans les Écritures, la pratique de l’homosexualité est unanimement (dans les quelques passages qui la mentionne) évaluée négativement comme étant contraire à la volonté et au projet de Dieu pour le couple et la sexualité humaine. Ce péché n’est, pour autant, ni distinctif ni pire que d’autres, mais un « fruit » la nature pécheresse de l’humain.

Nicolas Farelly, pasteur de l’Église Baptiste (FEEBF) de Compiègne, professeur associé de Nouveau Testament à la FLTE et rédacteur en chef des Cahiers de l’École Pastorale

  • Au XXIe siècle et dans l’Église, l’homosexualité ne doit pas être considérée comme une orientation sexuelle « déviante » et ainsi ne doit pas être comprise sous le registre de la « faute » morale ou de la « désobéissance » à un commandement divin ou biblique.

Elian Cuvillier, professeur à l’Institut Protestant de Théologie, faculté de Montpellier

 

7 décembre 2019

Œcuménisme

  • La communion chrétienne se vit avec ceux qui sont d'accord sur l'essentiel du message de l'Évangile et non avec tous ceux qui se réclament de Jésus-Christ.

David Shutes, pasteur, professeur à l'Institut Biblique de Genève, et formateur de responsables d'Églises dans les pays francophones de l'Europe et d'Afrique

  • Le plan de Dieu depuis toujours est de réunir toutes choses en Christ (Ep 1.9-10), en commençant par son œuvre de réconciliation dans l’Église (Ep 2.13-17).

Larry Miller, secrétaire général du Forum chrétien mondial

 

4 janvier 2020

Les dons de l'Esprit

  • Donnés en vue de la construction de l’Église, les dons de l’Esprit ne sont cependant pas tous de même importance. En considérant la nouvelle naissance comme un don de l’Esprit, priorité est donnée à rechercher la manifestation du fruit de l’Esprit (transformation du caractère et du comportement du croyant vers une ressemblance toujours plus grande à Jésus) plutôt qu'à rechercher des manifestations surnaturelles, extraordinaires, miraculeuses.

Nicolas Widmer, pasteur de la Bonne Nouvelle à Vendenheim (67)

  • Les dons de l'Esprit sont essentiels à une foi vivante et découlent naturellement de l'unité du corps du Christ.

Camille Kursner, pasteur à l'Église Évangélique des Écluses à Bienne (FREE)

 

15 février 2020

Ministère pastoral féminin

  • Ouverture au ministère pastoral féminin : hommes et femmes ont été créés ensemble à l'image de Dieu et il les appelle au service, selon leurs dons.

Marie-Noëlle Yoder, enseignante au Centre de Formation du Bienenberg et administratrice du blog "Servir ensemble"

  • Fermeture au ministère pastoral féminin : hommes et femmes ensemble à l’image de Dieu, égaux en valeur, avec des fonctions et des niveaux de responsabilité différents.

Guillaume Bourin, pasteur réformé baptiste (actuellement en disponibilité) et professeur assistant à la faculté World Hope (Houston, USA), administrateur du blog "Le bon combat"

 
 
EN FRANCE : 2018-2019

La formation En France

Année 2018-2019

 

6-7 octobre 2018

Week-end d'introduction à l'interprétation biblique et à la communication bienveillante

Denis Kennel, Marie-Noëlle Yoder, Michel Sommer, Frédéric Baumann

 

3 novembre 2018

La prédestination

  • Calvinisme modéré : si quelqu'un vient à Dieu, c'est parce que Dieu l'a élu. Il exerce pleinement sa liberté, mais en réponse à un appel irrésistible de Dieu. La perte du salut est improbable. Si Dieu prédestine certains au salut, il ne prédestine pas d'autres à être perdus. S'il y a salut, grâce de Dieu ; s'il y a perdition, responsabilité de l'homme ; gloire de Dieu en tout.

Cyrille Court, officier de l'Armée du Salut, responsable du poste de Moutier

  • Position dite « collective » : les textes relatifs à l’élection-prédestination sont à lire en rapport non pas avec les destinées individuelles des personnes, mais avec la réalisation du projet de réconciliation de Dieu, qu’il propose à l’humanité entière.

Denis Kennel, actuel directeur des études du département francophone du CeFor Bienenberg. Il exerce en parallèle un ministère pastoral à temps partiel, à l’Église évangélique mennonite de la Ruche à Saint-Louis, France

  • Arminianisme wesleyen. Il s’agit d’un arminianisme modéré permettant de comprendre le libre-choix dans la perspective de la grâce ne s’opposant en rien à la souveraineté de Dieu.

Étienne Rudolph, pasteur, exerce actuellement la fonction de surintendant du district francophone de l’Église ÉEvangélique Méthodiste

 

1er décembre 2018

L'homosexualité

  • Dans les Écritures, la pratique de l’homosexualité est unanimement (dans les quelques passages qui la mentionne) évaluée négativement comme étant contraire à la volonté et au projet de Dieu pour le couple et la sexualité humaine. Ce péché n’est, pour autant, ni distinctif ni pire que d’autres, mais un « fruit » la nature pécheresse de l’humain.

Nicolas Farelly, pasteur de l’Église Baptiste (FEEBF) de Compiègne, professeur associé de Nouveau Testament à la FLTE et rédacteur en chef des Cahiers de l’École Pastorale

  • Au XXIe siècle et dans l’Église, l’homosexualité ne doit pas être considérée comme une orientation sexuelle « déviante » et ainsi ne doit pas être comprise sous le registre de la « faute » morale ou de la « désobéissance » à un commandement divin ou biblique.

Elian Cuvillier, professeur à l’Institut Protestant de Théologie, faculté de Montpellier

 

5 janvier 2019

Œcuménisme

  • La communion chrétienne se vit avec ceux qui sont d'accord sur l'essentiel du message de l'Évangile et non avec tous ceux qui se réclament de Jésus-Christ.

David Shutes, pasteur, professeur à l'Institut Biblique de Genève, et formateur de responsables d'Églises dans les pays francophones de l'Europe et d'Afrique

  • Le plan de Dieu depuis toujours est de réunir toutes choses en Christ (Ep 1.9-10), en commençant par son œuvre de réconciliation dans l’Église (Ep 2.13-17).

Larry Miller, secrétaire général du Forum chrétien mondial

 

2 février 2019

Les dons de l'Esprit

  • Donnés en vue de la construction de l’Église, les dons de l’Esprit ne sont cependant pas tous de même importance. En considérant la nouvelle naissance comme un don de l’Esprit, priorité est donnée à rechercher la manifestation du fruit de l’Esprit (transformation du caractère et du comportement du croyant vers une ressemblance toujours plus grande à Jésus) plutôt qu'à rechercher des manifestations surnaturelles, extraordinaires, miraculeuses.

Nicolas Widmer, pasteur de l'église de la Bonne Nouvelle à Vendenheim (67)

  • Les dons de l'Esprit sont essentiels à une foi vivante et découlent naturellement de l'unité du corps du Christ.

Camille Kursner, pasteur à l'Église Évangélique des Écluses à Bienne (Free)

 

2 mars 2019

Ministère pastoral féminin

  • Ouverture au ministère pastoral féminin : hommes et femmes ont été créés ensemble à l'image de Dieu et il les appelle au service, selon leurs dons.

Marie-Noëlle Yoder, enseignante au Centre de Formation du Bienenberg et administratrice du blog "Servir ensemble"

  • Fermeture au ministère pastoral féminin: Hommes et femmes ensemble à l’image de Dieu, égaux en valeur, avec des fonctions et des niveaux de responsabilité différents.

Guillaume Bourin, pasteur réformé baptiste (actuellement en disponibilité) et professeur assistant à la faculté World Hope (Houston, USA), administrateur du blog "Le bon combat"

 
2019-2020

La formation En France

Année 2019-2020

 

2 novembre 2019

Le sens de la mort du Christ

  • Dans les premiers siècles de l'histoire chrétienne, les théologiens utilisaient la notion du Christ vainqueur (Christus victor) pour affirmer que la mort et la résurrection du Christ accomplissent une véritable libération des êtres humains de l'esclavage du mal et de la mort. Dans cette perspective, le sens du sacrifice est à comprendre à partir de la Pâque et du sacrifice pascal. Pour actualiser cette image, nous nous référerons à la notion de la justice restauratrice (en contraste à la justice rétributive).

Neal Blough, directeur du Centre Mennonite de Paris, professeur d’histoire de l’Église, Faculté libre de théologie évangélique, Vaux-sur-Seine

  • La substitution pénale est une construction de théologie systématique à comprendre en lien avec les divers éclairages bibliques sur la mort de Christ (théologie biblique). Bien comprise, dans le cadre de la nouvelle alliance, la substitution pénale ne se réduit pas à un « juridisme étroit, sec et transactionnel », mais ouvre sur de profondes implications relationnelles et existentielles.

Jacques Nussbaumer, professeur-assistant en théologie systématique, Faculté libre de théologie évangélique, Vaux-sur-Seine

 

23 novembre 2019

Non-violence ou guerre juste ?

  • Appelé à être artisan de paix, le chrétien peut refuser toute participation à la guerre et proposer d’autres moyens pour s’opposer au mal. 

Alexandre Nussbaumer,  pasteur des Églises mennonites

  • La guerre est parfois une nécessité dans notre monde déchu, et un chrétien peut, dans certaines situations, prendre les armes en bonne conscience.

Matthieu Sanders, pasteur de l'Église évangélique baptiste de Paris-Centre (Paris 7e) et chargé de cours en Nouveau Testament.

 

21 décembre 2019

Foi chrétienne et autres religions

  • L’une des affirmations capitales du Nouveau Testament est le fait que la connaissance de Dieu et le salut éternel ne sont accordés qu’en Jésus-Christ. Comment comprendre de telles affirmations face à la pluralité des religions qui prétendent conduire à la connaissance de Dieu ?

Karim Arezki, doctorant en islamologie à l’École Pratique des Hautes Etudes à Paris, maître d'enseignement en islamologie et en religions comparées à la Haute École de Théologie, Saint-Légier (CH), président de l’Association des Chrétiens Nord-Africains

  • Ma position est résolument oecuménique et dialogique sur le plan interreligieux. Elle se fonde sur une lecture contextuelle des textes bibliques pris dans leur diversité. Dans la société mondialisée, je m'efforce d'interpréter le message de l'Évangile à la lumière du double commandement d'amour de Dieu et du prochain, dans la fidélité au Christ et l'ouverture à autrui.

Jean-Claude Basset, à la retraite après avoir été pasteur de l'Église protestante de Genève et chargé de cours à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Lausanne, et jusqu'à fin 2017, secrétaire exécutif pour le Moyen-Orient ad interim à DM-échange et mission à Lausanne.

 

 

11 janvier 2020

Israël

  • Les prophéties territoriales liées à Israël ont été réinterprétées dans le Nouveau Testament en fonction de Jésus le Messie et l'État d'Israël n'est pas à voir comme l'accomplissement de ces prophéties.

Michel Sommer, animateur théologique au CeFoR Bienenberg, rédacteur de Christ Seul

  • Israël : peuple et pays. Continuité et non pas rupture dans la Nouvelle Alliance.

    Stephen Pacht, directeur de Juifs pour Jésus, Suisse
 

29 février 2020

 

Quelle place pour l'écologie ?

  • L’Église et le croyant individuel sont des signes du projet de restauration de la création. Cela implique en particulier un mode de vie simple, écologique, contre-culturel.

Thomas Poëtte, pasteur de la Fédération des Églises évangéliques baptistes de France

  • Une interprétation prudente des textes bibliques, ainsi que l’affirmation des doctrines évangéliques de la Providence, de la Création et de l’Homme ne nous permettent pas de souscrire à l’écologie moderne qui est une idéologie.

Guilhem Jaussaud, Mission Timothée, Anduze, pasteur

 

28 mars 2020

 

La prière, la guérison et les miracles

  • Jésus guérit encore aujourd’hui, en continuation de son oeuvre décrite dans le Nouveau Testament, donnant au monde et à l’Église des signes avant-coureurs de son royaume, par pure grâce et en anticipation de la guérison finale obtenue à la croix, qui sera manifestée lors de la résurrection des corps.

Robin Reeve, professeur à la Haute École de Théologie, Saint-Légier, pasteur détaché de l’Union des Églises Évangéliques de Réveil de Suisse.

  • Dieu guérit quand il le souhaite et comme il le souhaite, notamment en réponse à la prière, parfois avec l’onction d’huile, mais le mandat confié aux apôtres d’accomplir des miracles « en nom et place du Seigneur » est révolu. La guérison n’est pas un droit issu de l’expiation, ni une obligation liée à la foi. 

Florent Varak, directeur du développement des Églises au sein de Encompass, enseigant à l’Institut Biblique de Genève

 

Prix

La formation en Suisse

Année 2018-2019

Prix par personne : 630 CHF. Ce prix inclut les frais pédagogiques (425 CHF), de photocopies, de déplacement des intervenants, et les collations.

Prix logement, repas et collations du week-end d'introduction au Bienenberg (en sus) :

- Formule chambre individuelle (avec WC/douche) : 130 CHF

- Formule chambre double (avec WC/douche) : 110 CHF

- Formule chambre double (WC/douche à l'étage) : 100 CHF

- Formule dortoir (avec serviettes et sac de couchage apportés, nombre de place limité) : 75 CHF

Année 2019-2020

Prix par personne : 393 CHF. Ce prix inclut les frais pédagogiques ( CHF), de photocopies, de déplacement des intervenants, et les collations.

 

La formation en France

Année 2018-2019

Prix par personne : 440 €. Ce prix inclut les frais pédagogiques (343 €), de photocopies, de déplacement des intervenants, et les collations.

Prix logement, repas et collations du week-end d'introduction au Bienenberg (en sus) :

- Formule chambre individuelle (avec WC/douche) : 120 €

- Formule chambre double (avec WC/douche) : 100 €

- Formule chambre double (WC/douche à l'étage) : 90 €

- Formule dortoir (avec serviettes et sac de couchage apportés, nombre de place limité) : 70 €

Année 2019-2020

Prix par personne : 400 €. Ce prix inclut les frais pédagogiques (285 €), de photocopies, de déplacement des intervenants, et les collations. Les prix en euros peuvent varier selon l'évolution du taux de change.


Vous souhaitez vous inscrire à Points Chauds ? 

 ► Merci de remplir le formulaire de pré-inscription ci-après

En nous envoyant une photo d’identité récente.

Inscription

 

Pour bien commencer la formation Points Chauds

1.

Prendre une bonne décision
En parler avec des amis et avec Dieu

2.

S'inscrire
Remplir l'inscription en ligne et envoyer une photo d'identité et les frais d'inscription.

bb_icons_weiss auf grau.png

3.

Clarifier les dernières questions
Après un bref examen du dossier, nous nous manifesterons auprès de vous. Posez-nous toutes les questions qui sont importantes pour vous.

bb_icons_weiss auf grau.png

4.

Commencer la formation
Bienvenue au Bienenberg pour le premier week-end Points Chauds les 6-7 octobre 2018 !


Pré-inscription

Nom *
Nom
Adresse *
Adresse
Module *
Je choisis *
pour le premier week-end