Je crois en un Dieu qui chante

« Je crois en Dieu qui chante et qui fait chanter la vie » exprime Noël Colombier dans son refrain.

Les oiseaux chantent. On pourrait dire qu’ils font ce pour quoi ils ont été créés : ils louent Dieu par leur chant et lui rendent gloire ! La nature est remplie de sons, de mélodies que nos oreilles humaines captent en partie, ondes merveilleuses (ou nettement moins !) qui témoignent du foisonnement du vivant !

L’orchestre dissonant et consonnant de tout ce qui vit interprète la symphonie que l’Artiste Créateur a imaginée dès l’origine. Dieu est le premier qui en créant, fait chanter la vie !

Tout était beau ! Tout était harmonieux – Tout était très bon !

L’humain a reçu lui aussi le souffle de vie, pour parler et chanter : équipé d’une voix pour poser des sons sur une colonne d’air pour que de sa créativité naisse une mélodie ; équipé de mains pour les frapper l’une contre l’autre ou sur un objet et créer du rythme. Il suffit d’observer un bébé jouer avec les sons et vocaliser librement, pour comprendre la joie qui l’habite et saisir tout à la fois le drame qui se trame déjà : en se socialisant, le petit d’homme va perdre sa liberté originelle, sa gorge va peu à peu se serrer et parfois il lui arrivera même de rester sans voix !

La musique est un cadeau créationnel de Dieu pour tous les humains. Toute la Bible nous invite à de multiples reprises et dans toutes sortes de circonstances à chanter devant et pour Dieu !

Il semblerait qu’aucune religion sur terre ne se passe du chant pour ses dévotions, mais pourquoi ?

Qu’accomplit le chant, que ne peut la parole ?

Pouvez-vous imaginer un culte sans la moindre musique ? Les paroles mobilisent notre mental : la réflexion prime. Et même si elles s’adressent aussi au cœur, il nous est parfois bien difficile de nous laisser rejoindre.

La musique vient nous toucher dans nos émotions et notre corps. Elle suscite une réaction de bien-être ou génère malaise et crispations, si le style ou le volume sonore nous gêne.

Dans le cadre de la vie chrétienne, le chant suscite notre intelligence par les paroles proposées et attendrit notre cœur,  le rendant plus sensible à l’action de Dieu. C’est une coopération entre le Saint-Esprit et nous me semble-t-il ! Car lui seul ouvre véritablement le cœur à salut ! Mais nous pouvons nous y disposer.

Un mouvement en plusieurs étapes, comme le suggère le Psalmiste Entrez sous ses portiques avec reconnaissance ! Entrez dans ses parvis en chantant ses louanges ! Rendez-lui votre hommage et louez-le pour ce qu'il est ! (Ps100,4 Semeur)

Une attitude de reconnaissance est une bonne entrée en matière pour s’approcher de Dieu !

Nous choisissons librement de fixer notre regard sur ce que Dieu fait pour nous. Nous mobilisons nos énergies pour y réfléchir, le lui exprimer, et peu à peu, nous descendons dans des couches plus profondes de notre être. Lorsque nous sommes pleinement là, l’adoration peut jaillir. Nous sommes en contact avec ce que Dieu est pour nous maintenant et nous nous y trouvons bien. Pleinement accueillis tels que nous sommes. Cela nous invite à une réponse (contemplation, repentance, demande, confession de foi, engagement) qui elle-même mobilise nos énergies créatives pour se prolonger dans la réalité du quotidien, sans quoi nous restons dans l’illusion. La musique et le chant en église contribuent à créer un climat favorable à nous tenir en présence de Dieu. Cependant, ils ne doivent jamais être utilisés comme des outils de manipulation collective, ni servir de refuge en une déconnexion de la réalité. Responsables et musiciens ont à vérifier ce qu’ils font  et dans quelle intention !

On se posera donc les questions suivantes :

  • La musique et le chant dans notre église favorisent-ils l’édification des croyants ?
  • Permettent-ils, avec l’Écriture prêchée d’accueillir l’amour inconditionnel du Père, l’œuvre salvatrice de Jésus, la direction de l’Esprit de sorte que notre être s’affermisse et réponde à Dieu dans la confiance et … le silence ?

Si oui, cette même expression musicale touchera aussi les personnes en recherche et leur donnera une idée de qui est notre Dieu trinitaire, et quel désir profond l’anime, de nous faire partager son intimité.

Dans la Bible, l’ordre de louer Dieu s’adresse aux croyants… mais c’est un puissant moyen de témoignage que de voir des hommes et des femmes authentiques dans leur expression  (tant de joie que de peine) et autant que possible ensuite, cohérents dans leurs attitudes et actions !

Chanter devant et pour Dieu, c’est aussi accueillir un bienfait pour soi !

Les scientifiques expliquent qu’écouter une musique qui nous plaît stimule la production d’endorphines, qui sont des anti-douleurs naturels, ainsi que la dopamine qui active les zones de récompense du cerveau (comme lorsque je déguste un bon chocolat suisse !). Que dire alors de s’y adonner soi-même ! Le chant fait du bien à tout le corps : lorsqu’on s’exerce à une respiration abdominale basse, le mouvement du diaphragme est comme un massage doux pour les organes internes de l’abdomen. La vibration différente des graves et des aigus procurent un bien-être certain aux chanteurs. Lorsqu’on se tient bien ancré dans le sol, mobilisé du petit orteil au sommet du crâne, le chant est un acte profond, puissant et régénérant (pour la gloire de Dieu et la recréation de l’esprit signait déjà Jean-Sébastien Bach en bas de ses œuvres).

Admettons que nos vies ne reflètent pas souvent la ferveur collective d’un moment d’adoration bien mené le dimanche matin ! Cependant, si la musique est le langage des émotions, qui elles-mêmes sont la porte du cœur, alors au travers d’un simple chant écouté pour me centrer sur Dieu lors de ma méditation quotidienne, je peux m’approcher de Jésus et répandre ce que je ressens devant lui. Les émotions manifestent nos besoins. Elles nous invitent à demander au Seigneur ce que nous désirons profondément et de retrouver en lui notre Source !

L’expression de confiance, de joie, d’espérance jaillit du cœur tandis que notre esprit est uni à celui de Dieu, en « esprit et en vérité ».  Jésus lui-même a chanté les psaumes avec ses disciples, juste avant de s’offrir pour notre salut (Mt 14,26).

« Je crois en Dieu qui chante et qui fait chanter la vie »… même dans la douleur !

Une vie qui aspire à la joie, au-delà des tristesses et désespérances de notre monde limité et blessé. Il est nécessaire d’être bien conduits -comme les Lévites au sommet de leur art en 1 Chroniques 16 et 25- pour que la musique et le chant nous aident à nous connecter à Dieu exprimer ce que nous vivons et par-dessus tout notre amour pour Dieu, dans un cœur à cœur avec lui.. L’adoration contribue à l’unité de mon être. Elle me décentre de mon égo étriqué pour me centrer sur la personne de Dieu. Elle favorise la paix et la maturation de mon identité de fils/fille.

Il n’est donc pas surprenant de retrouver cet appel vibrant jusque dans l’Apocalypse, où comme une fenêtre ouverte sur le ciel, les rachetés de tout peuple, toute langue, toute tribu, célèbrent la victoire de l’Agneau en chantant avec force. Là haut, plus aucune douleur ! L’Amour triomphera !

…  La musique et le chant vécus à propos, avec une attention à la théologie des paroles, sont de vraies bénédictions individuelles et communautaires ! Ils favorisent l’unification intérieure et bâtissent l’unité de la communauté (chanter est une rare chose que nous faisons tous ensemble en même temps) sous l’inspiration de l’Esprit, selon l’exhortation de Paul :

« Que la Parole du Christ réside au milieu de vous dans toute sa richesse : qu'elle vous inspire une pleine sagesse, pour vous instruire et vous avertir les uns les autres ou pour chanter à Dieu de tout votre cœur des psaumes, des hymnes et des cantiques inspirés par l'Esprit afin d'exprimer votre reconnaissance à Dieu ». (3 :16)

Dieu est si créatif !.. une voix, des mains… Vous êtes l’instrument ! Et si l’on faisait davantage chanter la vie?

Claire-Lise Meissner

 

Ce sujet sera approfondi lors du WE FBSE « Célébrer Dieu par la musique et le chant » les 8-9 mars 2018. Claire-Lise intervient également pour des Églises et des musiciens qui veulent approfondir les fondements bibliques et les fonctions de la musique dans l’église et conduire l’assemblée en présence de Dieu.

 Pour découvrir la formation FBSE

Pour découvrir la formation FBSE